Le chantier

Depuis janvier 2020, un ensemble de professionnels s'agite dans le château. Architectes, scénographes, archéologues, grutiers, charpentiers, plombiers, menuisiers, couvreurs, peintres, électriciens, préparent un chantier pas comme les autres. Hors normes, ces travaux visent à restaurer un site historique tout en y créant un équipement culturel inédit autour de la langue française.

Les fouilles archéologiques

Fouilles dans la cour du Jeu de paume révélant les bases du terrain de jeu © Centre des monuments nationaux

 

Fouilles sous la terrasse nord du logis mettant au jour la trace du fossé qui ceinturait le château médiéval © Centre des monuments nationaux

 

Conduites entre mai et août 2020 avec l'Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP), les fouilles ont notamment permis de documenter le château médiéval dont les structures ont servi à la construction du logis à la Renaissance ; elles ont aussi mis au jour les fondations d'une tour carrée, inconnue jusqu'alors, et ont révélé l'importance du fossé qui protégeait l'édifice au Moyen Âge. Au cœur du logis, les vestiges exhumés du jeu de paume témoignent de l'importance de ce jeu à la cour de François Ier et de ses successeurs.

Le chantier en chiffres

  • 3 600 m2 de toiture à rénover, soit 265 000 ardoises.
  • 600 m3 de pierres de taille à mettre en œuvre pour les façades.
  • 280 fenêtres extérieures à restaurer.
  • 1 250 m2 de planchers anciens à réhabiliter, et 2 050 m2 de planchers à restituer.
  • Près de 250 compagnons travaillant sur le chantier.

 

Vue sur le Logis royal depuis la cour des Offices © Centre des monuments nationaux

Au cœur d'un chantier monumental

La restauration du Logis royal, d'une superficie de 5 060 m2, et du Jeu de Paume, d'une superficie de 1 567 m2, ont débuté en 2020.

Un projet de restauration aux multiples expertises

Le Centre des monuments nationaux, qui porte la maîtrise d'ouvrage de l'opération, a confié la maîtrise d'œuvre de l'opération de restauration à Olivier Weets, architecte en chef des monuments historiques spécialisé dans la restauration du patrimoine protégé qui conduit le chantier patrimonial avec son équipe spécialisée. Sa mission ? Documenter l'histoire du château, nettoyer les sculptures du XVIe siècle, restaurer avec les savoir-faire ancestraux les planchers, la toiture, les escaliers Renaissance…

 

La cour du jeu de Paume © Centre des monuments nationaux

 

Une opération en deux temps

  1. Le premier temps permettra la restauration du clos et du couvert, soit l'ensemble des éléments qui assurent l'isolation du château, l'exécution des reprises structurelles et les travaux de gros œuvre ;
  2. Le deuxième temps s'attachera à la restauration et à l'aménagement des espaces intérieurs ainsi qu'au réaménagement des espaces extérieurs, notamment du jardin de la Reine, situé à l'est du logis.

 

Vue projetée de l'angle nord-est du logis royal depuis le jardin des dames © Olivier Weets architecte SARL, architecte en chef des monuments historiques

 

Un chantier associant les acteurs de l'emploi du territoire

En collaboration étroite avec une cellule pilotée par le conseil départemental de l'Aisne, le Centre des monuments nationaux a intégré des clauses d'insertion sociale aux marchés publics de travaux.  Visant l'embauche de bénéficiaires du RSA, ce dispositif favorise l'emploi local et a des retombées économiques directes pour le territoire.

Faire (re)surgir le passé : le parti pris de la restauration

Ce château, édifié sous François Ier au XVIe siècle, a été profondément modifié au XVIIIe siècle lors des travaux conduits par le duc Louis-Philippe d'Orléans (1725-1785), puis au XIXe siècle lors de l'installation du dépôt de mendicité.

Le projet souhaite donc restaurer et rendre plus visibles les éléments architecturaux de la Renaissance et des XVIIe et XVIIIe siècles. Cette restauration a notamment pour enjeu de mettre en valeur les éléments remarquables de la Renaissance dans l'aile sud du Logis royal (la chapelle, l'escalier du Roi et l'escalier de la Reine) afin que chacun puisse découvrir ces joyaux de la sculpture et de l'ornementation.

 

La chapelle ou salle des États © Benjamin Gavaudo / Centre des monuments nationaux

 

Pour les volumes intérieurs, c'est la période Renaissance qui sera privilégiée. Les espaces d'origine, particulièrement amples et largement ouverts sur la cour et le parc grâce à leurs grandes fenêtres percées au XVIIIe siècle, seront restitués et valorisés. À l'exception de l'aile sud, ces espaces n'ont pas conservé leurs décors et leurs aménagements. La chapelle sera restaurée et retrouvera son volume d'origine.

Les extérieurs du Logis royal seront restaurés dans leur état de la fin du XVIIIe siècle.

Enfin, le bâtiment du Jeu de Paume sera restauré dans son état actuel pour ses extérieurs, tandis que l'intérieur sera aménagé en auditorium.

MenuFermer le menu