L'art à l’époque de François Ier

Entre le Moyen Âge et les temps modernes des rois absolutistes comme Louis XIV, le XVIe siècle est un siècle de transition et de bouleversements auxquels n’échappera pas le château de Villers-Cotterêts...

Un art venu d’Italie 

Château de Villers-Cotterêts, logis, aile sud, façade sur cour © Benjamin Gavaudo / Centre des monuments nationaux
Château de Villers-Cotterêts, logis, aile sud, façade sur cour © Benjamin Gavaudo / Centre des monuments nationaux

Au lendemain de la Guerre de Cent Ans (1337-1453), l’architecture française s’éloigne doucement du style gothique.

Mouvement intellectuel et artistique né en Italie, la Renaissance qui redécouvre notamment l’Antiquité se déploie en France au XVIe siècle. Appelés à la cour de François Ier, les artistes italiens et leurs œuvres influenceront les maîtres-maçons français. Harmonie des lignes, symétrie ainsi que retour des ordres antiques sont les nouveaux critères de beauté.

Parmi les plus remarquables et singuliers de la Renaissance, le logis du château de Villers-Cotterêts reprend une partie de ce vocabulaire.

La loggia au centre est flanquée de colonnes et piliers ioniques et corinthiens pour rythmer la façade. L’influence italienne se retrouve dans les décors exubérants à l’intérieur, dans les escaliers ou la chapelle : putti (petits enfants), coquille, feuillage, têtes d’anges ailés, ou mascarons (masques).

  

Bâtir pour affirmer la monarchie

Château de Villers-Cotterêts, chapelle
Château de Villers-Cotterêts, chapelle © Benjamin Gavaudo / Centre des monuments nationaux

Alors qu’au Moyen Âge la vie intellectuelle est dominée par l’Église, le courant humaniste du XVIe siècle, qui met l’homme au centre de la pensée, affirme la puissance des États monarchiques. L’art n’est plus seulement au service de la religion mais permet de penser le monde qui nous entoure.

Par exemple, l’initiale « F » de François Ier se retrouve comme un jeu de piste partout dans le monument.

Autre signe, des changements caractéristiques de ce temps, le château n’a ni douve, ni donjon mais des fenêtres larges et nombreuses. L’époque est moins à la guerre : plus de bastions militaires féodaux mais des résidences princières dont le luxe exalte la personne du roi.

   

Où sont les meubles ?

Cortège royal
Cortège royal © Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie

Si le château nous est parvenu vide, c’est parce que jusqu’à l’installation de Louis XIV à Versailles en 1682, la cour des rois était nomade.

Afin de mieux contrôler leurs provinces, collecter la redevance, chasser et parfois rendre la justice, les monarques se déplaçaient de château en château, parfois pour quelques semaines seulement. Ces séjours sont des événements économiques pour toute la région, employée pour ravitailler et servir la cour.

À chaque départ, les meubles sont emportés. Plus prosaïquement, cela permettait aussi de nettoyer le château de fond en comble, en particulier les latrines (toilettes) pour éviter les épidémies et nuisances olfactives.

    

De l’influence artistique italienne aux témoignages d’affirmation du pouvoir royal, le château de Villers-Cotterêts concentre tous les signes distinctifs du XVIe siècle.

MenuFermer le menu