L'Ordonnance de Villers-Cotterêts

Patrie littéraire, Villers-Cotterêts n’a pas attendu la naissance d’Alexandre Dumas pour marquer l’histoire de la langue française. Déjà, en 1539....

L’ordonnance de Villers-Cotterêts, un acte décisif

Ordonnance de Villers-Cotterêts
Ordonnance de Villers-Cotterêts © Archives nationales

La langue française doit beaucoup à Villers-Cotterêts.

C’est dans son château cotterézien que François Ier signe en août 1539 une Ordonnance générale sur le fait de la justice, police et finances. Non seulement ce texte crée les prémices de l’état civil, mais il impose le français comme langue « officielle » du royaume pour tous les actes administratifs et judiciaires.
Jusqu’alors le latin, langue de l’Eglise et réservée aux personnes instruites, était utilisé.

Toutefois, si cette ordonnance fut, rétrospectivement, d’une grande importance pour unifier le Royaume et affirmer le pouvoir du roi, elle n’a aucune incidence sur la vie courante.

Il faut attendre la Révolution Française puis Napoléon pour que les langues régionales et les patois reculent petit à petit au profit du français dans la langue pratiquée tous les jours.

   

Quand toute l’Europe parlait le français

Congrès de Vienne, Gravure de Jean Godefroy
Congrès de Vienne, Gravure de Jean Godefroy © Gallica BNF

Si l’ordonnance de Villers-Cotterêts est si fameuse, c’est parce que ce texte eut une longue postérité.

En imposant le français, François Ier à la tête d’un des plus puissants royaumes d’Europe en diffusa la notoriété aux quatre coins du monde. Dès le XVIIe siècle, le français est la langue de l’aristocratie, des personnes cultivées et de la diplomatie dans tout le Nord de l’Europe, en Allemagne, en Pologne, en Russie...

Tous les traités internationaux sont rédigés en français, tandis que les expéditions permettent de faire voyager cette langue-monde : au Canada et en Louisiane au XVIIe siècle, en Océanie au XVIIIe siècle, puis en Afrique au XIXe.

   

De l’Ordonnance de Villers-Cotterêts à la Cité internationale de la langue française, en passant par la naissance d’Alexandre Dumas, Villers-Cotterêts continue d’affirmer sa place dans l’histoire de la langue française.

MenuFermer le menu